Chirurgie viscérale

La chirurgie viscérale traite les maladies qui touchent les organes de l’appareil digestif, du péritoine et de la paroi abdominale, tels que la rate, ainsi que les glandes endocriniennes (par exemple la glande thyroïde). Dans nos cliniques, les chirurgiens utilisent aussi bien les techniques opératoires classiques (laparotomie) que les techniques mini-invasives ultramodernes comme la laparoscopie (introduction d’instruments chirurgicaux spécifiques, au moyen de la technique du « trou de serrure », raccordés à une caméra qui permet de voir et d’opérer sur les organes touchés). La chirurgie viscérale comprend également les interventions endocrinologiques, les interventions au niveau des glandes mammaires, l’oncologie chirurgicale ainsi que la proctologie (pathologies de l’anus et du rectum).

De nombreuses maladies et troubles au niveau de l’abdomen requièrent un traitement chirurgical. Ces opérations peuvent généralement être effectuées par de petites incisions, bien que des incisions plus grandes soient parfois nécessaires. Souvent, elles impliquent l’ablation partielle ou totale de certains organes (par ex. vésicule biliaire, tumeurs, processus inflammatoires) ou leur reconstruction (par ex. dans le cas d’hernies inguinales ou de prolapsus rectal). 

Nous offrons une gamme complète de services pour le traitement des pathologies listées ci-dessous : 

Chirurgie colorectale (gros intestin)

  • Tumeurs (malignes ou bénignes)
  • Troubles diverticulaires (inflammations aiguës)
  • Maladies inflammatoires chroniques (colite ulcéreuse, maladie de Crohn)
  • Prolapsus rectal 
  • Appendicite (inflammation aiguë de l’appendice) ou autres troubles qui touchent l’appendice

Chirurgie hépatobiliaire (foie, voies biliaires, vésicule biliaire)

  • Calculs à la vésicule biliaire
  • Calculs des voies biliaires
  • Tumeurs du foie (bénignes, malignes, métastases)
  • Hydatite alvéolaire (échinococcose)

Tumeurs du pancréas

  • Tumeurs

Estomac

  • Reflux gastrique

Intestin grêle

  • Adhésions (lésions à l’intérieur de l’abdomen à la suite d’inflammations ou d’opérations chirurgicales) 
  • Tumeurs

Chirurgie rectale ultra spécialisée

  • Proctologie fonctionnelle et reconstructrice spécifique (reconstruction du sphincter) 
  • Implantation de stimulateur pour l’appareil sphinctérien
  • Troubles de la défécation

Hernies

  • Hernies inguinales
  • Hernies abdominales
  • Hernies incisionelles

Divers

  • Chirurgie bariatrique (traitement chirurgical du surpoids)
  • Ablation de la rate
  • Biopsies (prélèvement de tissus, même dans des sites difficilement accessibles)

La chirurgie viscérale comporte le traitement chirurgical des organes internes, c’est-à-dire du tractus gastro-intestinal de l’œsophage jusqu’à l’anus, du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas, de la rate et de la région rétropéritonéale. Le traitement de pathologies relatives à la paroi abdominale, en particulier les hernies en tout genre, fait également partie de la chirurgie viscérale.

Paroi abdominale

Hernies : saillies d’une partie d’un organe à travers les tissus abdominaux, déjà présentes (typiquement sur le canal inguinal) ou acquises plus tard (typiquement hernie incisionelle), au niveau des points faibles de la paroi abdominale. Les hernies inguinales les plus courantes se trouvent : 
- au-dessus du ligament inguinal
- en-dessous du ligament inguinal

Hernies incisionelles : 
Saillies de tissu ou d’organe à travers la cicatrice chirurgicale de la paroi abdominale.
Autres :
- Hernies rares comme les hernies spigéliennes
- Hernies du plancher pelvien
- Hernies lombaires 

   

Tractus gastro-intestinal

Estomac:
- Reflux gastrique
- Hernies diaphragmatiques (hiatales)
- Tumeurs (bénignes, malignes) 

Intestin grêle :
- Tumeurs (bénignes, malignes)
- Adhésions(cicatrices à la suite d’une opération ou d’une inflammation)
- Maladies inflammatoires (maladie de Crohn)
- Pathologies rares (diverticules de Meckel, tumeurs rares) 

Côlon :
- Diverticulites
- Tumeurs du côlon
- Autres inflammations

Rectum :
- Tumeurs rectales
- Prolapsus rectal, entier ou partiel

Techniques opératoires

Pour procéder à une intervention chirurgicale au niveau de l’abdomen, on a le choix entre deux méthodes, c.-à-d. ouverte ou laparoscopique.

Méthode ouverte

On ouvre l’abdomen au moyen d’une incision plus ou moins grande (parfois depuis le sternum jusqu’au pubis). Avantages : option beaucoup plus tactile pour le chirurgien, qui facilite les interventions complexes impliquant plusieurs organes et plusieurs points de suture. Inconvénients : douleurs post-opératoires, risque élevé d’hernie incisionelle (jusqu’à 20%), risque élevé d’adhésions au niveau de l’abdomen avec les problèmes inhérents (jusqu’à 30%).

   

Méthode laparoscopique(trou de serrure, technique mini-invasive)


On remplit l’abdomen avec du dioxyde de carbone par une petite incision. Une canule d’accès spécifique permet de voir dans l’abdomen grâce à une vidéo-caméra à la pointe de la technologie qui projette les images sur un écran.


Avantages :         

  • Douleurs considérablement plus faibles
  • Convalescence plus courte
  • Risque d’hernies incisionelles post-opératoires beaucoup plus faible 
  • Risque d’adhérences abdominales post-opératoires beaucoup plus faible
  • Saignement moins important

 

Inconvénients :       

  • Nécessité de technologie coûteuse : caméra HD 3-chip, écran HD, unité d’insufflation de CO₂ à la pointe de la technologie, source de lumière froide, instruments spécialisés
  • Perception tactile limitée
  • Image bidimensionnelle
  • Technique limitée dans le cadre d’interventions chirurgicales très complexes